Dossiers

Emploi industriel lié aux trafics portuaires de Marseille-Fos

Résultats de l'étude confiée par le Port Autonome de Marseille à Entreprises et Territoires

Selon une méthode utilisée par la majorité des ports français, un établissement qui utilise l'infrastructure portuaire pour ses importations ou ses exportations est considéré comme lié au port. La part des emplois liée à l'activité portuaire est ensuite calculée sur la base de la part des importations-exportations réalisées via le port.

 

Etablissements et emplois liés à l'activité portuaire

Dans le département des Bouches-du-Rhône et les aires urbaines de Nîmes, Avignon et Toulon, 935 établissements industriels travaillent avec le Port Autonome de Marseille, et 17 630 de leurs emplois sont liés à l'activité portuaire. Autrement dit, ce sont 11 % de l'ensemble des établissements industriels de l'aire d'étude qui travaillent avec le port et 16 % de l'ensemble des emplois industriels qui sont liés à l'activité portuaire.

Les 291 grands établissements (de 20 salariés et plus) qui utilisent le port concentrent 87 % des emplois liés. Un tiers des grands établissements industriels travaille avec le port, pour seulement un sixième des établissements plus petits (moins de 20 salariés). Ces taux sont les mêmes dans les Bouches-du-Rhône et le reste de l'aire d'étude.

pam002w.jpg (6453 octets)  Les entreprises industrielles travaillant avec le port

pam003w.jpg (6384 octets)  Les entreprises industrielles important par le port

pam004w.jpg (6716 octets)  Les entreprises industrielles exportant par le port

pam010w.jpg (6600 octets)  Emplois industriels référables aux trafics portuaires

 

Tonnages traités par les entreprises industrielles de l'aire d'étude

Le trafic généré par les 935 établissements industriels de la zone géographique couverte présentent 59 MoT, 47 MoT (79 %) à l'import et 12 MoT (21 %) à l'export. Les établissements de 20 salariés et plus représentent 99,6 % de ces tonnages.

La répartition par mode de conditionnement de ces tonnages est de 59 % pour les hydrocarbures, 28 % pour les vracs solides, 8 % pour les vracs liquides, 4 % pour les marchandises diverses et 1 % pour les conteneurs.

pam009w.jpg (6500 octets)  Tonnages totaux de l'industrie passant par le port

pam008w.jpg (6444 octets)  Tonnages de l'industrie alimentaire passant par le port

 

Aspects spatiaux et apport des grands pôles

La contribution de la zone industrialo-portuaire de Fos et des autres petites zones d'activité de la commune représente 39 % des tonnages et 30 % des emplois de l'aire d'étude.

Cette contribution est pour les grands sites de l'Etang-de-Berre de 36 % des tonnages et de 33 % des emplois. Martigues-Lavera intervient pour 21 % des tonnages et 14 % des emplois, la Mède à Châteauneuf-les-Martigues pour 9 % des tonnages et 3 % des emplois, Berre pour 7 % des tonnages et 16 % des emplois. Berre est un site tourné vers les débouchés continentaux.

Les sites de Fos et de l'Etang-de-Berre représentent 75 % des tonnages et 63 % des emplois.

Avec 396 000 T et 1 020 emplois, Marseille représente 0,7 % des trafics et 6 % des emplois, c'est-à-dire un peu moins du dixième de ce que représentent Fos et l'Etang-de-Berre. Le raffinage du sucre, la meunerie, la semoulerie, les pâtes, les concentrés de boisson et la boisson constituent la plus grande part de ces trafics.

Viennent ensuite Beaucaire, Gardanne, Meyreuil, Aix-en-Provence, Sénas, Marignane, Avignon et Signes.

Les communes où la plus grande part d'emplois industriels est référable à l'activité portuaire sont Berre 100 %, Apt 84 %, Fos 66 %, Martigues 64 %, Châteauneuf-les-Martigues 52 %, Sorgues 36 %, Carpentras 20 % (épices), Marseille 15 ème 12 %.

 

Trafics conteneurs générés par l'industrie

49 829 EVP attribuables à l'industrie ont été identifiés dans l'aire d'étude, ce qui correspond à 9 % des 573 266 EVP de trafic conteneurisé du PAM en 2000. La différence réside dans le fait que le trafic du PAM recouvre du passage pour une aire de desserte beaucoup plus vaste, ainsi que le groupage du négoce, important en région marseillaise. Ce groupage peut inclure des composantes de l'industrie locale, trop réduites pour justifier à elles seules des conteneurs complets.

Les deux tiers des conteneurs vont à l'export. L'industrie alimentaire représente la moitié des tonnages et l'industrie chimique un bon tiers. Le Maghreb, la Corse et l'Egypte occupent une place importante dans ces échanges liés à l'industrie de l'hinterland proche.

Marseille tient une grande place dans ce mode de conditionnement, avec 16 343 EVP, ce qui représente le tiers des conteneurs identifiés. Les principaux acteurs de ces trafics appartiennent à l'industrie alimentaire. Les chimistes viennent plus loin derrière.

Le second pôle d'expédition se trouve à Vergèze et Aimargues dans le Gard. Le pôle de Berre, où le styrène exporté est conteneurisé se situe en troisième position. Viennent ensuite Avignon, Fos et Carpentras.

pam005w.jpg (6643 octets)

 

L'emploi des communes des grands sites péri-portuaires

La dernière période intercensitaire est caractérisée par une baisse de l'emploi en début de période, puis une remontée à partir de 1997. L'évolution de l'emploi salarié privé de 1997 à 1999 reflète cette remontée, qui n'affecte cependant pas toutes les communes.

Sauf à Martigues (où les gains ne sont cependant pas imputables à l'évolution du site de Lavera) les communes support de ces grands sites perdent des emplois entre les deux recensements ou n'en gagnent pas.

Les gains récents observés à Fos et à Berre sont imputables à une reprise de l'emploi au sein des entreprises liées à l'activité portuaire. Les gains observés à Châteauneuf-les-Martigues sont imputables à l'installation d'entreprises nouvelles sur la commune sans lien avec l'activité portuaire.

Les lieux d'implantation des entreprises de certains secteurs d'activité laisse penser que cet hinterland peut s'étendre au-delà de la zone d'étude. Vers Alès, Montpellier, Valence, Lyon et les Alpes-Maritimes.

Géraldine PLANQUE (Port Autonome de Marseille)
Jean-Louis SCHWENDIMANN (Entreprises et Territoires)
15-5-2002

 

Retour sommaire dossiers